Raisins – vin

Raisins – pour le vin

Le fruit classique de la vinification commence à mûrir en août, et sa récolte continue – selon la variété, millésime et lieux de culture – de septembre à novembre. Ces données ne sont pas exactes et sont difficiles à cerner, même les vignerons expérimentés ne peuvent pas donner de dates généralement applicables. Surtout dans le cas des raisins, il faut attendre, pour que quantité rime avec qualité, c'est-à-dire avec des proportions équilibrées entre le sucre, acide et arôme. Pendant le processus de maturation des raisins, l'influence est néfaste, mais aussi les bactéries de moisissures améliorant la qualité, le fruit perd beaucoup de liquide, donc la récolte est plus petite. À mesure que la teneur en sucre augmente, la teneur en acide diminue. Il est extrêmement difficile de trouver le bon moment pour récolter. Dans les grandes régions viticoles, l'heure des vendanges est officiellement fixée et cette consigne peut être suivie. Dix, qui cultive des vignes contre le mur de sa maison ou possède une vigne, qui n'est pas son gagne-pain, peut-être attendre encore quelques jours, tant que le temps est sec et chaud, et les raisins ne pourrissent pas. Fruit, et donc, vin fait d'eux, gain d'arôme, s'ils sont exposés un peu plus longtemps aux doux rayons du soleil d'automne.

Cela est particulièrement vrai des propriétaires de vignes, poussant en dehors de grandes zones cultivées. Plus le climat est froid, plus l'endroit doit être abrité, dans lequel poussent les arbustes, et plus il faut de temps pour récolter le fruit, pour leur offrir un processus de maturation plus long.

Permettez-moi de faire une petite digression ici. Il m'est impossible d'écrire sur les vendanges si prosaïquement, comme si c'était un conseil, sur les haies de taille privée. Auparavant (et pourtant il n'y a pas si longtemps) la récolte était un événement, autour duquel tournait la vie de tout le village. Après tout, l'existence de chaque habitant dépendait du bon résultat de la récolte. Mais contrairement à la récolte et au creusage des pommes de terre, la récolte était une sorte de répit à la fin de l'année rurale et était célébrée presque comme une fête folklorique.. Goethe les décrit avec ces mots:

«Il n'y avait presque pas de jour au bon moment, pour [père] tam [pour le jardin] n'a pas regardé, un mon, l'accompagner, nous avons utilisé à la fois les premiers fruits du printemps, comme l'automne dernier. Nous avons également appris des activités de jardinage, et le plus beau d'entre eux était la vendange. En fait, il ne fait aucun doute, qui aiment le vin dans les environs, dans lequel il pousse et dans lequel ils le boivent, donne un caractère plus décontracté, alors ces moments de vendanges évoquent la joie. La joie et ses symptômes bruyants balayent les zones. Pendant la journée, des cris et des coups de feu se font entendre de tous les côtés, et ici et là des fusées annoncent la nuit, que l'obscurité n'a même pas atténué la gaieté, que oui, les gens essaient de le faire glisser le plus longtemps possible. Les traitements ultérieurs autour du pressurage et de la fermentation du vin dans les caves nous ont procuré à la maison une occupation agréable., pour que nous n'ayons pas remarqué, comment l'hiver est venu ".

(Jan Wolfgang Goethe: "De ma vie. Vérité et fantazya ". Traduction par Ludwik Jenike)

Déjà quelques semaines avant les vendanges proprement dites, les caves et stations de pressurage étaient préparées pour la réception des vendanges. Des cuves en bois ont été placées à côté du puits du village ou aux pompes dans les cours des fermes individuelles et toujours remplies d'eau courante., pour que le bois gonfle. Chaque navire devait être très serré, afin qu'aucune goutte de liquide précieux ne soit gaspillée.

Il y avait un cliquetis de marteaux dans les rues, ce sont les tonneliers qui ont réparé les fûts et les cuves endommagés. Les portées ont dû être remplacées et les cerceaux fixés ensemble qui ont fixé les côtés ronds des barils. Toutes les pièces en fer de la presse, Les moulins à raisins et les chargeurs sont peints avec un vernis spécial, qu'aucun fruit, ni le jus n'était en contact avec le métal.

Le premier jour des vendanges, des charrettes chargées de cuves rondes ou ovales partent vers les vignes au son des cloches., autour desquels les collectionneurs et les collectionneurs se sont assis ou debout. Chacun d'eux avait un seau ou un panier et un couteau ou des ciseaux avec eux. Les hommes et les jeunes robustes portaient des contenants pouvant contenir six à sept seaux de fruits sur leur dos. À l'arrivée au vignoble, chacun s'est vu attribuer une rangée de vignes, d'où avec enthousiasme, pas à pas, récoltait. Ils ont parlé et chanté, le propriétaire du vignoble lui-même a souvent chanté des chansons, et pas seulement à cause de ça, qu'il se souciait de la bonne humeur au travail, mais bien plus pour ça, qu'il a reconnu l'ancienne règle: qui chante, celui-ci ne mange pas de raisin!